5 choses que vous ne saviez pas sur les requins

Se caractérisant par leur silhouette fuselée leur offrant un certain hydrodynamisme, et par leurs nageoires pectorales faisant office de gouvernail, les requins sont des créatures qui fascinent, mais qui terrorisent surtout une bonne partie de la population mondiale. En effet, c’est un grand prédateur qui bénéficie d’un arsenal de chasse à faire peur. Mais que savions-nous réellement de cette créature. Est-ce un ami, un ennemi, faut-il l’éradiquer de la surface de la Terre… Voici quelques éléments de réponse, mais aussi 5 choses que vous ne saviez pas sur les requins jusque-là.

1/ L’une des plus vieilles espèces au monde

Il se trouve que les requins figurent parmi les plus vieilles espèces vivant dans l’eau. En effet, ils auraient été présents sur Terre depuis près de 400 millions d’années, soit bien avant les dinosaures. Pourtant, cette magnifique créature dispose de grandes qualités dignes d’un super sous-marin d’aujourd’hui. Certes, sa terrifiante dentition permettant d’arracher une grosse quantité de viande en une seule morsure, toutes les « anciennes » créatures en étaient dotées. Mais quand on pense à son odorat très développé, et surtout à sa peau recouverte de milliers de cellules photoélectriques permettant de capter les ondes produites par un être vivant qui nage dans l’eau, des cellules qui lui permettent même d’associer une forme à cet être vivant…, difficile de croire que cette créature est si ancienne.

2/ Acteur important dans l’écosystème

Les requins jouent un rôle très important au niveau de l’écosystème. Ils amélioreraient la population de certaines espèces, en éliminant les faibles et les malades, plus vulnérables et donc plus susceptibles à leurs attaques. La disparition des requins pourraient alors entraîner une grosse réaction en chaîne dans tout l’océan, ce qui aurait également un impact sur les gens du rivage. En guise d’exemple, une forte diminution des grands requins dans le nord-ouest de l’Atlantique depuis le milieu des années 1980 a fait que la population d’espèces comme les rays cownose s’est beaucoup développée, ce qui a entraîné une raréfaction des coquilles Saint-Jacques de la baie. Des associations et organisations luttent activement pour la protection des requins dans le monde (la plus connue : shark alliance).

3/ De grands potentiels pour la médecine

Les requins pourraient être une source de remèdes pour de nombreuses maladies comme la fibrose kystique, voire même pour certaines formes de cancer. D’ailleurs, de nombreux chercheurs creusent cette possibilité depuis quelques années. En effet, il se trouve que les requins tombent rarement malades comparés aux autres espèces. Leur peau en serait probablement l’une des raisons à cela, car elle possèderait des propriétés anticoagulantes et antibactériennes…

4/ Les attaques sont rares

Les attaques de requins sont si rares que l’on serait même plus susceptible d’être tué par son grille-pain que par un requin. Bien entendu, les pêcheurs et les surfeurs figurent parmi les « types de personnes » les plus attaquées, car ces derniers s’aventurent assez loin des côtes. Mais là encore, il faut savoir que le requin mord souvent pour savoir de quoi il s’agit, une attitude similaire à une personne qui prendrait plusieurs tomates une à une dans les mains avant de se décider laquelle prendre. Justement, sur 100 « attaques » de requin, seulement 5 sont mortelles. Donc finalement, cette légendaire peur des requins ne proviendrait-elle pas du légendaire film de Spielberg « Les dents de la mer » ?

5/ L’économie en profite

Cette légendaire peur des requins a énormément stimulé les économies locales. L’industrie de l’écotourisme est en plein essor, et d’après une étude récente publiée dans la revue Oryx, le tourisme lié au requin génèrerait environ 314 millions de dollars par an. Les diverses activités soutenant de nombreuses entreprises (location de bateau, sociétés de plongée, etc.) seraient capables de fournir 10.000 emplois dans 29 pays… Donc, merci quand même Spielberg !