L’anorexie : qu’est-ce que c’est ?

Vouloir perdre du poids n’altère aucunement la santé. Mais quand on en fait un peu trop, les traits distinctifs d’une anorexie apparaissent, et c’est une maladie qui peut devenir fatale pour l’individu qui en est atteint. Refus volontaire de s’alimenter, perte d’appétit…, ces phénomènes physiologiques et psychiques révèlent, entre autres, l’ensemble des signes révélateurs d’un syndrome de l’anorexie chez un individu.

L’anorexie est une maladie qui s’associe au fonctionnement psychique pouvant compromettre l’état physique d’un sujet. Les raisons sont multiples : pour se parfaire, pour attirer l’attention, pour manifester un sentiment de profond malaise, pour se détourner de la solitude, une personne peut en effet se tendre vers cette forme de privation d’aliment. Mais l’anorexie peut également résulter d’une perturbation causée par un évènement brutal, d’une profonde tristesse, d’une grande inquiétude, d’un trouble du comportement ou même d’une altération de la personnalité.

Les cibles

L’anorexie est une maladie qui aborde généralement les jeunes filles de 14 ans à 25 ans. Elle se traduit par le fait que la personne s’abstienne d’ingérer des aliments caloriques pour éviter de prendre du poids. Et même si celle-ci en a perdu suffisamment, en perdre davantage est devenu une obsession pour se parfaire. Le fait est qu’une anorexique a intensément peur de reprendre du poids même si la balance lui révèle qu’elle est déjà en dessous de la moyenne.

Certaines personnes se disent aussi que même maigres, certaines parties du corps doivent se décharner davantage pour être encore plus parfaite. Cette perfection est tellement cherchée pour masquer son malaise et pour se montrer qu’on est plus fort que son corps, qu’on peut maitriser ses besoins quitte à ignorer les dangers que cela représente tels que l’absence fréquente et consécutive des règles pour les femmes, mais surtout les problèmes liés à la nutrition, la perte considérable d’eau dans l’organisme.

Perte de poids et hyper activité

Cette décroissance continue du poids se contredit souvent par l’hyper activité de la personne atteinte de l’anorexie. Si déficience nutritionnelle et déséquilibre alimentaire freinent en effet l’activité d’une personne normale, une anorexique, même en phase d’épuisement de l’organisme, se donne à fond dans l’accomplissement de ses activités quotidiennes afin de soi-disant « dompter » ses problèmes. Pourtant, la personne concernée est en passe de subir les conséquences de cette perte de poids, tel que le ralentissement de son rythme cardiaque, la dénutrition, la malnutrition… pouvant lui être fatal.

Et les chiffres sont éloquents à ce propos, parce que près de 20% des anorexiques rendent leur âme ou mettent fin à leur vie à la suite de ces complications. Ce qui implique que cette maladie doit être prise en compte de manière réfléchie, principalement par l’entourage de l’individu anorexique, du fait que les causes sont souvent indissociables à l’environnement de la personne malade. Une psychothérapie est aussi incontournable en plus d’une hospitalisation pour remettre en état l’individu.